Sel dans l'alimentation

 

Ce site est édité par IDS Santé

Le sel, indispensable et bon, surtout quand il y en a moins...

Le sel, indispensable et bon, surtout quand il y en a moins...

Fini, le plaisir des bons repas ?

Personne ne peut échapper aux messages et conseils en faveur d’un meilleur équilibre nutritionnel. Pourtant, si nous sommes tous conscients que manger plus équilibré peut contribuer à une meilleure santé, nous sommes bien souvent écartelés entre notre (mauvaise) conscience et nos envies.

La culpabilité peut alors s’inviter assez vite à notre table !

Et pourtant, il est possible de concilier bonnes habitudes alimentaires et bons repas.

Une étude souligne que les régions de France où l’on dénombre le moins de personnes en surpoids ou obèses sont également celles où les individus se déclarent les plus disposés à « faire la cuisine ».  Les repas deviennent alors synonymes de convivialité, plaisir mais aussi d’équilibre alimentaire.

Une alimentation équilibrée doit aussi associer gourmandise et plaisir…

Pour bien manger, manger varié !

Le plaisir des bons repas réside dans la convivialité du moment et dans la saveur des aliments, souvent renforcée par le sel. 

La clé d’une « bonne » alimentation réside dans la diversité des aliments et l’équilibre des repas. Les repères de consommation relayés par les pouvoirs publics nous le rappellent :

- Varier les apports en fruits et légumes (5 par jour)

- Varier les apports en viandes, poissons ou œufs (1 à 2 fois par jour, en moyenne)

- Varier les apports en produits laitiers (fromages, lait, yaourts, etc… à raison de 3 par jour)

- Intégrer les féculents (pommes de terre, céréales, pains, légumes secs…) à chaque repas

- limiter certains aliments comme les matières grasses et les produits sucrés

- Maitriser la consommation de sel sans pour autant le supprimer de son alimentation

Pourquoi limiter son apport en sel ?

Le sel apporte des minéraux nécessaires à l’organisme. Il aide notamment à bien repartir l’eau dans le corps et à réguler la pression et le volume sanguin. Il est également essentiel au bon fonctionnement des muscles, au cheminement de l’influx nerveux et au bon fonctionnement du cœur. Consommé en excès, il peut cependant favoriser l’hypertension artérielle (facteur de risques cardiovasculaires) ou aggraver certains problèmes comme la rétention d’eau ou l’ostéoporose.

De façon « visible », on le trouve dans le sel de table que nous ajoutons en cuisinant ou à table en assaisonnement.  Le sel est aussi caché : présent à l’état naturel dans les aliments ou ajouté lors de leur fabrication. Il se retrouve dans les produits courants comme le pain, les charcuteries, les fromages, les condiments ainsi que dans les préparations comme les plats cuisinés, soupes, biscuits, pizzas…

En moyenne, notre organisme n’aurait besoin quotidiennement de 5 à 8 g de sel, alors que nous en consommons, toujours en moyenne, entre 8 et 10g par jour (voire 12 g chez les forts consommateurs).

Quelles astuces pour maîtriser sa consommation de sel ?

-limiter les quantités de sel dans l’eau de cuisson (des pâtes, riz, légumes…)

-gouter systématiquement les plats avant de saler ou resaler

-encourager l’acquisition précoce de bonnes habitudes par les enfants en évitant de saler leurs plats et ne les laissant se forger leur propre gout.

-Privilégier, dans la mesure du possible, les aliments bruts, non préparés, qui contiennent naturellement moins de sel.

-Savoir que  certains aliments sont plus riches en sel que d’autres : charcuteries, biscuits apéritifs, chips, plats cuisinés, …

-Pour les charcuteries et autres produits cités ci-dessus, lire attentivement les étiquettes pour sélectionner les produits les moins salés

-Pour les fromages, se rappeler que les fromages les plus riches en sel sont les fromages à pâte dure, les bleus, les fromages fondus… diversifier les produits fromagers consommés

-Miser sur les recettes élaborées pour offrir un apport réduit en sel. Ainsi, Cœur de Lion propose un camembert et un coulommiers à teneur réduite en sel de 25%, avec un caractère et un gout préservés

 

Cœur de lion sel réduit de 25%

Tout le plaisir du camembert avec un apport en sel maitrisé !

Alors que le salage est l’une des étapes indispensables dans le processus de fabrication du fromage, Cœur de Lion « sel réduit de 25% » relève un défi : proposer un camembert et un coulommiers adaptés à une consommation modérée en sel, tout en conservant le goût et le caractère propres à Cœur de Lion.

Le défi est gagné ! Cœur de Lion « sel réduit de 25% » satisfait les plus gourmands et participe à l’équilibre nutritionnel.

Donnez votre avis sur cette brochure

Testez vos connaissances en répondant à ce quiz :

Le sel oui, mais sans excès !
Le sel, indispensable et bon, surtout quand il y en a moins...
 
Ma note :