Santé et Conduite Automobile

 

Ce site est édité par IDS Santé

Santé et conduite automobile

Santé et conduite automobile

Votre santé peut avoir des conséquences sur votre sécurité...

...et celle des autres ; n'hésitez pas à la faire réviser !

En France, le permis de conduire est délivré à vie sans visite ni contrôle médical systématique obligatoire.

Feu vert
De bonnes capacités physiques et mentales pour des réflexes et une vigilance sans faille. Bien voir de près, de loin, de nuit, avec un large champ de vision, tout entendre, bouger facilement , réagir rapidement.

Feu orange
Fatigue et somnolence surtout la nuit entre 2h et 5h, et le jour entre 13h et 15h. Gare aux automatismes : un conducteur chevronné n’est pas forcément un pilote averti et attentif.

Feu rouge
L’alcool, au-delà de 0,5 gramme par litre de sang, et les stupéfiants sont interdits. Attention aux médicaments : leurs effets secondaires peuvent altérer vos réflexes et votre jugement.

Priorité vision
L’examen médical réglementaire pour l’obtention du permis de conduire porte à la fois, sur l’acuité, le champ visuel, la vision de nuit, la sensibilité à l’éblouissement et aux contrastes, et toutes fonctions visuelles pouvant compromettre la sécurité de la conduite.

Maladies sous surveillance
Votre médecin dispose d’une liste officielle des affections médicales incompatibles avec la conduite pour vous alerter et vous conseiller. Une affection jugée incompatible avec la sécurité routière, même hors liste, peut être considérée comme une inaptitude à la conduite.

Médicaments
Un pictogramme indique sur les boîtes de médicaments à risque le degré de dangerosité au volant ; mais tout médicament peut agir sur la vigilance.

Apprendre à prendre… le volant

Le permis de conduire à vie a vécu.
À partir du 19 janvier 2013, le permis européen imposera un renouvellement tous les 15 ans mais toujours sans contrôle médical systématique.

Prudence et abstinence

Être reposé : sommeil suffisant, pauses régulières.
Manger léger : ni trop gras, ni trop sucré.
Pas d’alcool, de stupéfiants ni de médicaments à risque.
Un véhicule sain et confortable.

Attention : tout signe nouveau (appréhension à une intersection, difficulté à déchiffrer un panneau de signalisation, accrochages à répétition...) est un signal d’alerte. Écoutez les remarques de votre entourage, de vos enfants et petits-enfants…

Votre médecin peut vous donner les conseils appropriés, vous permettre de compenser avec un traitement adapté à certaines déficiences, et vous indiquer la marche à suivre en cas de problème.
Mais seule la Commission médicale du permis de conduire auprès des sous-préfectures est habilitée à vous délivrer un certifi cat d’aptitude.

À condition d’être traitées correctement, 90 % des affections médicales sont compatibles avec la conduite.
Dans la plupart des cas, des aménagements au permis de conduire sont possibles pour les candidats atteints d’un handicap moteur.

L’âge n’est pas un critère d’aptitude ...

... mais le vieillissement influe naturellement sur la conduite

À partir de 50 ans, nos facultés ont tendance à diminuer ; c’est normal.

La vue peut baisser                                
Dès 50 ans, un contrôle annuel chez l’ophtalmologiste est conseillé.

L’audition peut faiblir
Un phénomène progressif parfois accompagné d’acouphènes et de vertiges.

Les mouvements sont moins faciles
Masse osseuse et force musculaire en baisse, articulations plus raides.

Les réflexes peuvent s’émousser
Allongement du temps de réaction à des situations nouvelles, imprévues ou complexes.

Les maladies infl uencent le comportement au volant
Le conducteur, même soigné, doit connaître les troubles qui peuvent agir sur la conduite et veiller à ce que son traitement n’altère pas sa vigilance au volant.

La France reste un des rares pays européens à miser sur la pédagogie et la responsabilité de chacun, plutôt que sur des mesures réglementaires.
L’Espagne a fixé à 65 ans l’âge limite pour l’examen du permis de conduire ; en Grande-Bretagne, un contrôle médical est obligatoire tous les 3 ans à partir de 70 ans ; l’Allemagne et les pays scandinaves proposent des stages gratuits de remise à niveau.

Un million de Français seraient inaptes à la conduite…

Vue : un automobiliste sur 3 voit mal et l’ignore... À 60 ans, un conducteur a besoin de 4 fois plus de lumière qu’à 20 ans...
Audition : un tiers des personnes de plus de 65 ans sont malentendantes. Moins de 20 % d’entre elles sont équipées d’aides auditives..
Cognition : 30 % des plus de 60 ans et 50 % des plus de 85 ans souffrent de troubles divers...
Fatigue : 3 fois plus de risques...
Alcool : 34 % des décès sur la route...
Cannabis : 50 % d’accidents mortels en plus...
Médicaments : 8 % des accidents...
Somnolence : risque multiplié par 7...

(Source : Association Prévention routière)

Quiz : Faites le point...

Votre dernière visite chez un ophtalmologiste remonte-t-elle à plus de deux ans ?
OUI / NON

Consommez-vous régulièrement des médicaments ?
OUI / NON

Avez-vous souvent des douleurs au niveau du cou ?
OUI / NON

Faites-vous souvent répéter ce que l’on vient de vous dire ?
OUI / NON

Hésitez-vous à conduire aux heures de pointe ?
OUI / NON

Avez-vous besoin de faire la sieste tous les jours ?
OUI / NON

Avez-vous parfois des crampes dans les jambes quand vous conduisez ?

OUI / NON

Vous perdez-vous souvent en voiture ?
OUI / NON

Vous arrive-t-il de vous énerver au volant ?
OUI / NON

Lors de longs trajets, préférez-vous arriver à destination le plus vite possible ?
OUI / NON

Si vous avez plus de 4 « oui », soyez vigilant. Contrôlez votre état de santé avant de prendre le volant.

Pensez à faire le point avec votre médecin.

SwissLife, 2e assureur en santé individuelle en France...

...agit de longue date en faveur de l’innovation et de la prévention santé.
Ainsi, SwissLife se distingue par sa volonté de fournir conseils d’experts, services et informations de qualité qui permettent à tous une meilleure gestion de leur capital santé :

• mise à disposition de services innovants comme le Guidhospi, guide d’orientation des assurés dans le système hospitalier, ou encore le coaching nutritionnel ;

• prise en charge de certains médicaments ou soins non remboursés par la Sécurité sociale destinés à prévenir certaines pathologies (remboursement des véinotoniques ou de certains vaccins…) ;

• actions de mécénat au travers de la Fondation Swiss Life qui agit en faveur de la recherche, de la prévention et de l’accompagnement des malades.

Donnez votre avis sur cette brochure

Testez vos connaissances en répondant à ce quiz :

Santé et conduite automobile : Vrai ou Faux ? Petit code de bonne conduite
Santé et conduite automobile
 
Ma note :